Le matin, fin de visite. Paperasses, demandes d'examens... Boulot de secrétariat quoi, mais en ayant le sentiment d'être presque interne et non pas l'externe qui obéit aux ordres sans comprendre pourquoi (pis on me donne pas d'ordres dans ce stage). L'après-midi, une entrée, une dame avec un gros épanchement pleural et des fractures costales, pour une fois pas démente mais bien malade...

Puis garde... Jamais vu une garde aussi calme !! Normalement, ils chutent tous entre 18 et 21h et là, rien. Appel à 22h pour un patient qui a chuté et je le connaissais donc ça a facilité les choses puisque c'était le patient dément que j'ai vu lundi. Un petit bobo sans conséquence.

Appel pour OAP. C'est la mamie démente de 98 ans bien connue de tout le monde. Elle était quand même impressionnante, mourante !!! Signes de lutte, coeur droit aigu, grésillement laryngé du feu de dieu, l'attitude de la mourante.

Grosse réflexion sur les médicaments de la patiente et comment on traite. Pensée du médecin versus pensée de la D4. Le choc entre 2 mondes ! Vivement que je réfléchisse pour des patients et pas pour avoir 80/100 à mes dossiers le jour du concours !!

60 mg de furosémide plus tard... Elle dormait comme un bébé. Ce matin, elle allait bien. Elle est comme ça Mme X., un jour mourante, le lendemain ressucitée. A chaque stage, il y a des patients qui vous marquent. Mme X. sera de ceux-là.

Et on est allé voir 2 patients douloureux.

Dodo à 1h du matin et aucun appel !

Du coup, je vais peut-être pouvoir bosser cet après-midi...

ENC quand tu me tiens...

PS : je suis contente, la patiente avec son cancer de l'ovaire métastasé (à qui j'ai fait une ponction d'ascite, encore une patiente qui m'aura marquée) va avoir une permission pour fêter Noël en famille ! :-)